* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Où sont les hommes? ( Plaire au Seigneur )

images (1)

 

Barak dit (à Debora): Si tu vas avec moi, j’irai; mais si tu ne vas avec moi, je n’irai pas. Et elle dit: J’irai bien avec toi; seulement ce ne sera pas à ton honneur dans le chemin où tu vas, car l’Éternel vendra Sisera en la main d’une femme.Jug 4:8,9

Quel portrait que celui de Debora! Dans une période troublée, où l’anarchie prévalait parfois, elle occupe le double poste de prophétesse (pour déclarer au peuple la pensée de Dieu) et de juge (pour appliquer à des situations concrètes la Loi de Moïse). C’est elle qui transmet à Barak l’appel de Dieu à combattre l’armée du général cananéen Sisera. Barak accepte sous la condition expresse que Debora l’accompagne. La campagne militaire est un succès couronné par la mise à mort de Sisera par Jaël, une autre femme courageuse. La victoire remportée, Debora chante avec Barak un magnifique cantique de reconnaissance.

Les lecteurs et les commentateurs sont parfois embarrassés par ce personnage de Debora:

    • Certains exagèrent son rôle: ils en tirent prétexte pour justifier la place d’autorité parfois donnée à des femmes dans l’Église, contrairement aux enseignements du N.T.: Je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme, déclare clairement Paul (1Ti 2:12).
    • D’autres dévalorisent son rôle, afin de cantonner strictement les femmes à la sphère du foyer, sans leur laisser la possibilité d’exprimer les dons qu’elles ont reçus. Or le N.T. déclare tout aussi clairement qu’une femme peut prophétiser (1Co 11:5).

La leçon principale de ce récit est peut-être ailleurs: il met d’abord en évidence la défaillance masculine dans cet événement. Debora déclare que le refus de Barak d’aller au combat sans elle n’est pas à son honneur. Ainsi, c’est parfois par absence de frères disponibles et dévoués que des mouvements chrétiens confient à des sœurs des responsabilités qui ne sont pas forcément de leur ressort. «Où sont les hommes?» pourrait-on souvent demander.

Notre société a tendance à confondre les rôles de l’homme et de la femme. Certes, le christianisme accorde une égale dignité aux croyants hommes et femmes, puisque Paul dit que, pour ceux qui ont revêtu Christ… il n’y a plus ni homme, ni femme (Ga 3:28). Mais il distingue nettement, sans les hiérarchiser, leurs places ou leurs activités dans l’église locale.

Frères, «soyons hommes» (1Co 16:13), tenons notre place selon Dieu, et nos sœurs trouveront naturellement la leur.



27/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1012 autres membres