* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Pâque et cène du Seigneur ( Plaire au Seigneur )

index

 

La Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jn 6:4

Dès le début de l’évangile selon Jean, le Seigneur est rejeté par son peuple Israël. C’est pourquoi ils sont désormais nommés les Juifs, comme s’il s’agissait de n’importe quel autre peuple. Plus de 60 fois, l’ensemble du peuple y est désigné par cette expression, rarement utilisée dans les trois autres évangiles.

Le message est clair. Le judaïsme est mis de côté. Néanmoins, Jésus continue d’accorder tous ses soins aux pauvres du troupeau (Za 11:7), à tous ceux qui l’ont reçu (Jn 1:12).

Instituée comme la pâque de l’Éternel (Ex 12:11), cette fête était l’objet d’un statut précis; elle devait rappeler à toujours la délivrance du jugement, quand l’Éternel avait vu le sang de l’agneau mis sur les portes des habitations des Israélites. Mais, au temps du Seigneur, son statut n’était plus respecté. La Pâque avait pris le caractère d’une fête nationale. Occasion de grandes cérémonies, elle était aussi l’objet de trafics indignes jusque dans l’enceinte du temple. Jésus, justement indigné, doit condamner les marchands du temple. La pâque de l’Éternel, une fête à l’Éternel (Ex 12:11,14), était devenue la Pâque des Juifs (Jn 2:13 11:55)! Dieu ne reconnaît plus ni leur religion, ni leurs fêtes qui ont dégénéré, puisqu’ils ne respectent plus ses propres instructions.

La cène du Seigneur a été instituée à l’occasion du repas de la Pâque la nuit où il fut livré (Mt 26:20 1Co 11:23). Elle est instituée en mémoire d’une personne, le Christ qui s’est livré lui-même pour nous, en souvenir de son œuvre à la croix. Elle aussi a son statut (1Co 11:23-32) et ce mémorial est empreint:

    • de sobriété, afin que nos pensées ne soient occupées que du Seigneur;
    • de solennité, car nous annonçons une mort, celle du Seigneur;
    • de dignité, car nous y participons après nous être éprouvés, c’est-à-dire après avoir jugé ce qui dans notre vie ne serait pas à la gloire de Dieu;
    • de joie, car nous proclamons la résurrection du Seigneur et sa victoire sur Satan, le péché, la mort et le monde.

Encourageons-nous donc à célébrer la cène du Seigneur, conscients que c’est la sienne, comme il le désire et comme il nous y invite, en mémoire de Lui jusqu’à ce qu’il vienne.



29/12/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1018 autres membres