* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

PEUT-ON INVOQUER LE SANG DE JÉSUS ? Par Jean-Claude Guillaume

Peut-on invoquer le sang de Jésus ?

L'expression "le sang de Jésus" revient de nombreuses fois dans le Nouveau Testament. À chaque fois qu'on parle du sang de quelqu'un, on veut dire sa mort :

"Ne vous avons-nous pas défendu expressément d'enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme !" (Actes 5 : 28)

"lorsqu'on répandit le sang d'Étienne, ton témoin, j'étais moi-même présent, joignant mon approbation à celle des autres, et gardant les vêtements de ceux qui le faisaient mourir." (Actes 22 : 20)

Les textes (trop nombreux pour les citer) parlant du sang de Jésus nous parlent donc tout simplement de sa mort. Ces deux termes sont pratiquement interchangeables.

Cependant, sous l'influence de la doctrine non biblique de la transsubstantiation (présence physique réelle du corps du Christ dans les emblèmes de la communion), on a donné au sang une valeur intrinsèque. Pourtant, lorsque Paul parle de la communion, il parle uniquement d'un mémorial de la mort de Jésus :

"De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne." (1 Co. 11 : 25-26)

Mais pourquoi alors le Nouveau Testament utilise-t-il le mot "sang" au lieu de "mort", en ce qui concerne Jésus ? Parce que le sacrifice sanglant de Jésus avait été de longue date préfiguré par les sacrifices de l'Ancien Testament, à commencer par l'agneau pascal, dont le sang avait servi de signe salutaire à l'ange exterminateur en Égypte :

"… vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères […] par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache" (1 Pi. 1 : 18-19)

Vinrent ensuite les sacrifices du Tabernacle et du temple :

"Car si le sang des taureaux et des boucs […] sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant!" (Héb. 9 : 13-14)

Le Nouveau Dictionnaire Biblique (Éditions Emmaüs) écrit :

Dans le Nouveau Testament, les expressions : sang de Jésus, sang de Christ, sang de l'Agneau, sang de l'alliance, sang de l'aspersion, sont des métaphores représentant la mort expiatoire de Jésus, sans laquelle il ne peut y avoir de salut (1 Co. 10.16 ; Éph. 2.13 ; Héb. 9.14, 10.19 ; 1 Pi. 1.2, 19 ; 1 Jn. 1.7 ; Apoc. 7.14 , 12.11 ; Matt. 26.28 ; Héb. 12.24)

Il faut bien se garder de faire l'amalgame entre les pratiques vétérotestamentaires (Ombre des choses célestes et ombre des biens à venir — Héb. 8.5, 10.1), avec une interprétation superstitieuse de la façon néotestamentaire de parler de la mort de Jésus en mentionnant le sang. Cette façon de parler a simplement pour but de montrer que Jésus est bien l'antitype des sacrifices de l'Ancienne Alliance.

Il est donc abusif de citer des textes de l'AT pour justifier l'utilisation de l'expression "sang de Jésus" autrement que pour parler de la "mort de Jésus", celle par laquelle nous sommes sauvés, purifiés, etc.

Donner une valeur autre que celle de "mort de Jésus" à l'expression "sang de Jésus", comme dans les expressions "invoquer le sang", "se mettre sous le sang" etc. est une pratique qui, à mon sens, n'a rien de scripturaire, bien que solidement ancrée dans de nombreux milieux chrétiens.

Ce que je rejette, c'est l'utilisation superstitieuse de ces expressions ; par contre, que l'on parle du sang de Jésus dans le sens de "mort de Jésus" ne me dérange pas, car c'est conforme à l'Écriture.

 


17/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1008 autres membres