* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Pourquoi tout ce sang? ( pLaire au Seigneur )

sangdejesus

 

 

L’âme de la chair est dans le sang; car c’est le sang qui fait propitiation pour l’âme. Le 17:11
Sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. Heb 9:22

«Ce que je n’aime pas, dans votre religion, c’est tout ce sang, tous ces sacrifices. Cela me dégoûte!» disait un jour une femme à qui on présentait l’Évangile. Il est certain que le sang est très présent dans la Bible: le mot lui-même s’y retrouve environ 400 fois et son importance est mise en valeur, tant dans l’A.T. que dans le N.T. Alors pourquoi est-il autant question de sang? Quel sens et quelle valeur a-t-il donc?

Une première réponse est fournie par le premier verset du jour. Dieu y établit une équivalence entre le sang et l’âme. Le sang est le support et le symbole de la vie qui anime un homme ou un animal (son âme). La circulation sanguine est ce qui nous parle le mieux de la vie. D’ailleurs, quand quelqu’un meurt, sa circulation sanguine cesse, son sang se coagule rapidement, avant de se décomposer. Sans le sang, il n’y a pas de vie. Dans la pensée biblique, le sang symbolise donc la vie et le sang versé indique la mort.

Dès les premières pages de la Bible, le sang est versé en relation avec la culpabilité de l’homme. Dieu a tué un animal pour confectionner des vêtements de peau à Adam et Ève, coupables d’avoir écouté le serpent. La première mention du mot sang suit immédiatement: c’est celui d’Abel, tué par son frère Caïn.

La suite du verset du Lévitique donne un second principe important: l’homme coupable peut retrouver la faveur de Dieu parce que Dieu, dans sa grâce souveraine, accepte que la vie d’un autre (symbolisée par son sang) soit donnée: c’est le sens du mot propitiation (Dieu rendu propice ou favorable). Dans l’A.T., les sacrifices sanglants prescrits par la Loi, souvent répétés, n’avaient pas, en eux-mêmes, de valeur spécifique; en fait, ils anticipaient le seul sacrifice que Dieu peut accepter: celui de Jésus, la victime parfaite, Dieu fait homme, qui donne sa vie pour l’homme pécheur. Le sang qui a coulé à la croix de Golgotha a témoigné que Jésus est bien mort et qu’il a donné volontairement sa vie en sacrifice à ma place (Jn 19:34,35). Tout ce sang, désormais, ne me répugne plus, car il évoque pour moi le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache (1Pi 1:19). Par son sang, j’ai le pardon de mes péchés pour l’éternité.



15/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 932 autres membres