* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Progresser dans l’amour fraternel ( Plaire au Seigneur )

télécharger (2)

 

 

Au sujet de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin que je vous écrive, car vous-mêmes, vous êtes enseignés de Dieu à vous aimer l’un l’autre; et c’est bien ce que vous faites à l’égard de tous les frères qui sont dans la Macédoine entière. Mais nous vous exhortons, frères, à faire de plus en plus de progrès. 1Th 4:9,10 

Pourquoi l’apôtre Paul, après avoir reconnu qu’il n’était pas nécessaire qu’il écrive aux Thessaloniciens au sujet de l’amour fraternel, éprouve-t-il cependant le besoin de les exhorter à faire de plus en plus de progrès dans ce domaine? Les chrétiens de Thessalonique, bien que jeunes dans la foi, offraient un témoignage de piété qui dépassait largement les frontières du voisinage, puisque la Grèce entière en était informée (ch. 1. 7). C’est dire que l’amour dont ils avaient été aimés par Dieu se traduisait dans leurs relations fraternelles. Leur vie chrétienne était cohérente.

Pourquoi donc Paul revient-il sur le sujet? Parce qu’il sait très bien que la bataille pour s’aimer l’un l’autre n’est jamais gagnée définitivement. La persécution (ch. 3. 6) avait sans nul doute fortifié l’amour fraternel, en conduisant les chrétiens à s’entraider. Paul craint, à juste raison, qu’avec l’arrivée de temps meilleurs, l’individualisme vienne affaiblir ce bel amour fraternel. Voilà pourquoi il encourage les croyants à s’aimer de plus en plus.

Cette exhortation de Paul concerne chacun de nous aujourd’hui. Nous vivons dans un monde où règne l’individualisme. Chacun s’organise pour vivre sans s’occuper des autres. L’absence de communication entre chrétiens peut être dramatique. Aussi, chaque croyant devrait déployer une réelle énergie spirituelle à aimer les autres en action et en vérité, et ceci chaque jour.

Bien sûr, tous nos frères et sœurs ne sont pas aimables (et moi non plus aux yeux de certains!): ce frère est agaçant par ses redites, cet autre insiste sur des pensées opposées aux miennes, cette sœur a une tenue déplaisante, ce jeune est vraiment trop agressif. Pourtant, je dois, je veux les aimer parce qu’ils sont des bien-aimés de Christ, tout simplement. Je le ferai si je vis près du Seigneur et lui expose honnêtement le besoin que j’ai de son secours. N’a-t-il pas aimé, lui, des disciples aussi violents que Jacques et Jean, aussi incertains que Pierre, aussi faibles en foi que Thomas?



20/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1030 autres membres