* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Que représente la cuirasse de la justice ? ( Paul Calzada )

“Il se revêt de la justice comme d’une cuirasse… ” (Ésaïe 59.17), et “Tenez donc ferme… Revêtez la cuirasse de la justice” (Éphésiens 6.14).

Nous sommes habitués à ce que la justice soit représentée par l’image d’une balance, cependant la Bible utilise une autre image pour parler de la justice : la cuirasse.?La justice est donc présentée comme une cuirasse couvrant et protégeant le torse du soldat, là où se trouve son cœur, cet organe vital. La justice est donc une protection extérieure dont il faut se revêtir. Cette justice n’est pas notre justice, car nous-mêmes nous sommes injustes et notre propre justice n’est pas une cuirasse mais un haillon : “Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé… ” (Ésaïe 64.6).

La justice qui peut nous protéger est celle que Dieu nous offre dans sa grâce, et dont nous pouvons nous revêtir gratuitement : “Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ” (Romains 3.21). Nous sommes donc invités à revêtir par la foi la justice de Christ : “Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu” (2 Corinthiens 5.21).

La justice de Christ dont vous pouvez vous revêtir est une cuirasse qui vous protège des accusations du diable, lequel essaie de vous maintenir dans la culpabilité et sous la condamnation. Mais grâce à la justice que Dieu vous a accordée en Jésus-Christ, vous pouvez faire face à l’accusateur avec assurance, il ne peut transpercer cette cuirasse.?Nous trouvons une illustration de cette vérité dans le livre de Zacharie lorsque le diable cherchait à accuser le souverain sacrificateur Josué (Zacharie 3.1/5). Dieu le revêt d’un vêtement propre, l’accusateur n’a plus de prise.

La cuirasse de la justice protège notre cœur et vient nous délivrer de tout sentiment de culpabilité, comme le déclare Jean : “Car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre cœur ne

nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu” (1 Jean 3.20/21). Notre assurance repose non sur notre propre justice, mais sur la justice de Christ.

 

Un conseil pour ce jour :

Nous sommes invités à revêtir nous-mêmes cette cuirasse. A vous de prendre soin de votre cœur et de le protéger en vous enveloppant de la justice que Dieu vous offre. La cuirasse est à votre disposition, à vous de la revêtir.

 

 



30/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 806 autres membres