* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Quelques montagnes (1\) ( Plaire au Seigneur )

index

 

Ces faits doivent être pris dans un sens allégorique, car ce sont deux alliances. Celle du mont Sinaï, enfantant pour la servitude… Mais la Jérusalem d’en haut est la femme libre qui est notre mère. Ga 4:24,26

La Bible nous parle de plusieurs montagnes, et les événements qui s’y sont accomplis donnent un caractère particulier à chacune d’elles. Elles deviennent donc un symbole comme nous le montre le verset du jour.

En Hébreux 12 (Heb 12:18-24), deux montagnes sont mises en opposition: Sinaï et Sion.

Le mont Sinaï

Pourquoi l’auteur de l’épître écrit-il à des chrétiens qu’ils ne sont pas venus au mont Sinaï, mais à la montagne de Sion? C’est que cette montagne de Sinaï est terrible. C’est là, au milieu des éclairs et des tonnerres, d’une épaisse nuée, d’un son de trompette très fort, que l’Éternel descendit en feu sur elle; et sa fumée montait comme une fournaise, et toute la montagne tremblait fort (Ex 19:16-18). La montagne était brûlante de feu jusqu’au cœur des cieux… et l’Éternel vous parla… vous commanda de pratiquer les dix paroles… (De 4:11-13).

Cette montagne exprime les exigences de Dieu en sainteté. L’homme pécheur cherche désespérément à y répondre pour être juste; d’où la conclusion de Paul: le mont Sinaï enfante pour l’esclavage (Ga 4:24).

Nous espérons, comme l’auteur de l’épître aux Hébreux, qu’aucun lecteur ne se trouve spirituellement au pied de cette montagne terrible, mais plutôt qu’il se tient sur la montagne de Sion (Heb 12:18-24).

La montagne de Sion

Cette montagne est liée au grand nom de David qui s’empara de la forteresse située à son sommet et l’appela ville de David (2Sa 5:7). David est le roi persécuté, usant toujours de grâce envers son ennemi, Saül. Une fois Saül mort, il ne s’impose pas par la force comme roi, mais il gagne le cœur de son peuple (voir 2Sa 2:4 5:1-3).

La montagne de Sion suggère donc la grâce royale du Seigneur Jésus. Il n’y a pas d’exigences ici, pas de contraintes, c’est la grâce qui règne, qui attire les cœurs. Cela nous amène nécessairement à Golgotha où Jésus, plein de grâce, pardonne même à ses ennemis.

Ô voix du Sinaï, qui condamne et qui tonne!

Ô voix du Golgotha, qui relève et pardonne!



22/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 904 autres membres