* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

QUI BLÂMER ?DIEU? A qui la faute ?

103894374_868257183664313_2456920922615374809_n

 

Que de fois une telle question ne se pose-t-elle pas lorsqu’arrive un accident ou un malheur quelconque

Qui est responsable, qui doit être blâmé ou puni

Faut-il accuser le destin, la fatalité

Plus sérieusement encore, si Dieu existe vraiment, comment laisse-t-Il de telles choses se passer

La recherche des culpabilités et des coupables est une activité courante chez les humains.

A moins d'être motivée et justifiée, en d'autres occasions, elle se trouve plutôt accompagnée de tentatives pour se dédouaner de sa propre culpabilité.

Comme si le coupable c’était toujours l’autre et jamais soi-même.

Cette tendance apparaît dès les toutes premières pages de la Bible, lorsqu’après la Chute du premier couple humain, induit à désobéir à Dieu, Adam rejette la responsabilité de son acte de désobéissance sur... sa femme Eve ! Et comble des combles, indirectement sur... Dieu Lui-même !!! en lui disant :

“C’est la femme que tu as placée auprès de moi qui m’a donné du fruit de cet arbre, et j’en ai mangé.”

Péché s'accompagnant de malhonnêteté et toupet impensable propre à la nature humaine cherchant désespérément à ensevelir honte, gêne, peur mais surtout la mise en lumière intenable de sa propre nature découverte.

Quant à la femme, elle a également recours à une explication pleinement ridicule que malhonnête, cherchant un hypothétique dédouanement tout aussi spongieux que fut celui de son "courageux" époux face au Créateur :

“C’est le serpent qui m’a trompée, et j’en ai mangé.”

S’il arrive bien des malheurs sans qu’une responsabilité humaine directe soit à blâmer, comme dans le cas de terribles inondations ou d’un tremblement de terre, il faut reconnaître que ce qui accable le plus souvent les hommes est le fruit de leurs mauvaises actions, et, plus spécifiquement, de leur désobéissance à la Loi divine.

Quels peuvent être quelques exemples

meurtres individuels ou collectifs, en directe contravention avec le sixième commandement : “Tu ne commettras pas de meurtre”.

Jalousies et convoitises pour s’emparer des biens de son prochain ou diffamer son nom, en directe contravention avec les neuvième et dixième commandements de cette même Loi : “Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain; “Tu ne convoiteras pas le bien de ton prochain”.

Vols, corruption et exploitation matérielle des uns par les autres, voire d’une nation par une autre, en directe contravention avec le huitième commandement : “Tu ne déroberas pas”.

​Trahisons et misères personnelles entre hommes et femmes en raison de la désobéissance au septième commandement : “Tu ne commettras pas d’adultère”.

​Esclavage spirituel et régression morale en raison de la désobéissance au premier commandement qui conditionne tous les autres : “Je suis l’Eternel ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Egypte, du pays où tu étais esclave; tu n’auras pas d’autre dieu que moi.”

L’irresponsabilité et le manque de prévoyance sont une autre forme de désobéissance à la loi divine, clairement énoncée dans le mandat confié à l’homme lors de sa création.

Cette incurie n’est pas seulement personnelle, mais également collective, lorsque les autorités publiques négligent leurs devoirs et plongent des populations entières dans la misère par leurs politiques insensées.

Alors, à qui la faute, à qui s’en prendre quand cela va mal

Prenons la Loi de Dieu au sérieux, avec toutes Ses implications, et nous verrons alors clairement ce qu’il en coûte aux humains de mépriser les ordonnances de Dieu révélées dans Sa Parole.

(Source weeb)



12/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1013 autres membres