* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sauvé par un nouveau-né( Plaire au Seigneur )

index

 

 

L’Éternel est celui qui marche devant toi; lui, sera avec toi; il ne te laissera pas et il ne t’abandonnera pas: ne crains point, et ne t’effraye point. De 31:8

Un jour, je rendais visite à un couple missionnaire qui habitait un coin très retiré d’Afrique. Leur petite maison était nichée dans un paysage de rêve, avec une vue magnifique sur des lacs et des montagnes…

Là vivaient leurs six enfants dont le dernier n’avait que quelques mois. «Suivez-moi, me dit la femme du missionnaire, je voudrais vous raconter une histoire…».

«C’est souvent une lourde charge pour un missionnaire d’avoir une famille nombreuse» me confia-t-elle… Elle se tut un instant et regarda l’enfant endormie dans ses bras. Quand elle reprit, sa voix tremblait d’émotion. «Quand j’ai appris que j’allais avoir un autre enfant, je me suis rebellée contre Dieu. Nous avions déjà cinq enfants en bas âge, et il ne me semblait pas juste de devoir en porter un sixième. Ma santé n’était pas très bonne et la perspective de cette nouvelle maternité me rendait triste et malheureuse».

Pendant qu’elle parlait, des larmes coulaient sur ses joues. J’ai crié à Dieu: «Ce n’était donc pas assez d’avoir cinq enfants?» Par moments, je souhaitais même qu’il me fasse perdre ce bébé.

Puis vint le moment où je devais accoucher. J’étais très faible et il n’y avait pas de médecin dans les parages. Nous n’avions personne pour garder les enfants; aussi, avec mon mari, nous avons décidé de tous partir vers une ville où il y avait un hôpital missionnaire. Nous y sommes restés jusqu’à la naissance du bébé».

La petite commença à bouger dans ses bras. Elle était très mignonne. La voix de la maman devint très tendre. «En rentrant chez nous avec notre nouveau-né, nous avons appris que, pendant notre absence, de redoutables guerriers avaient fait un raid dans la région et y avaient massacré tous les blancs. Si nous avions été là, ils nous auraient également tués».

Elle serra le bébé contre sa poitrine. Les larmes coulaient toujours sur son visage. «La petite chérie, c’est Dieu qui l’a envoyée pour nous sauver la vie. Plus jamais je ne me révolterai contre les voies de Dieu».



05/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres