* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

S’informer et réfléchir ( Plaire au Seigneur )

images

 

Le roi (David) dit: Et où est le fils de ton seigneur (Saül)? Et Tsiba dit au roi: Voici il est demeuré à Jérusalem; car il a dit: Aujourd’hui la maison d’Israël me rendra le royaume de mon père. Et le roi dit à Tsiba: Voici, tout ce qui est à Mephibosheth est à toi. 2Sa 16:3,4

Mephibosheth s’était présenté au roi David comme un chien mort, en se prosternant devant lui, car il avait été l’objet d’une grâce merveilleuse, d’une bonté de Dieu (2Sa 9:3,8). En effet, il craignait fortement d’être mis à mort, suivant la coutume de cette époque de ne pas laisser vivre un descendant de la royauté déchue. Au contraire, il avait été admis à la table du roi comme un de ses fils. Lui, le boiteux, avait reçu une grande bénédiction et un grand honneur. De plus, David lui avait redonné son héritage et il avait chargé Tsiba, un serviteur de Saül, de cultiver ses terres.

Des années plus tard, lors de la révolte d’Absalom, David s’enfuit de Jérusalem. Fatigué, dans la plus grande détresse, il est pourchassé par son fils, trahi par un de ses conseillers. Alors qu’il marche nu-pieds en pleurant, David reçoit de Tsiba nourriture et monture. Ce dernier révèle à David que Mephibosheth est resté à Jérusalem, dans l’espoir, prétend-il, de récupérer le royaume de Saül. Dans son état d’agitation et de fatigue, David ne prend pas le temps de s’informer et se laisse tromper. Bien que Tsiba ne lui demande rien en compensation de sa fidélité hypocrite, le roi lui accorde rapidement tous les biens matériels de Mephibosheth.

Quand enfin Mephibosheth voit revenir le roi à Jérusalem, il ne demande pas à David de revenir sur sa décision. La présence du roi, en paix dans sa maison, est tout ce qu’il désire (2Sa 19:24-30). David n’avait pas réalisé à quel point Mephibosheth était attaché à lui. A-t-il regretté sa décision rapide et quelque peu irréfléchie de donner tous les biens de Mephibosheth à Tsiba? Apparemment à moitié, car il propose d’aménager sa décision précédente en demandant à Mephibosheth de partager avec Tsiba (2Sa 19:29).

Il peut nous arriver de prendre des décisions rapidement comme David. Si on nous rapporte la parole ou l’attitude d’un frère ou d’une sœur et que nous ne cherchions pas un complément d’information, nous risquons de porter un jugement injuste. Si, mal informés, nous avons, à tort, une attitude réprobatrice, sachons reconnaître notre erreur; c’est difficile, mais c’est la voie de la vérité, celle qui procure la paix.



25/12/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 980 autres membres