* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Souffrir avec Christ ( Plaire au Seigneur )

Le juste Lot, accablé par la conduite débauchée de ces hommes pervers, (car ce juste qui habitait parmi eux, les voyant et les entendant, tourmentait jour après jour son âme juste à cause de leurs actions iniques). 2Pi 2:7,8

Lot, neveu d’Abraham, n’était certes pas à sa place dans la ville de Sodome. Il ne s’y trouvait pas du tout à l’aise, car il savait ce qui était bien ou mal aux yeux de Dieu. C’est pourquoi il se tourmentait à cause de la débauche qui s’étalait autour de lui. Bien plus que lui, Jésus—le Juste par excellence, le Parfait—a souffert lorsqu’il était au milieu de son peuple, à cause de toutes les actions et pensées iniques de ceux qui l’entouraient.

Dans la ville de Nazareth où il a été élevé et où il a travaillé, Jésus s’exprime avec des paroles de grâce (Lu 4:22). Pourtant, ses concitoyens, remplis de colère, le mènent sur une colline et cherchent à le précipiter dans le vide. Quelle douleur pour celui qui se présente comme le Messie d’Israël!

Les pharisiens doctrinaires, mais incrédules, l’observent pour voir s’il guérirait, le jour du sabbat, l’homme à la main paralysée. Pas étonnant qu’il les regarde avec colère, et certainement avec beaucoup de douleur, étonné de constater la dureté de leurs cœurs (Mr 3:5).

La Bible fait mention de ses soupirs quand il ouvre les oreilles du sourd et qu’il délie la langue du muet (Mr 7:34). Elle parle de ses soupirs profonds lorsque les pharisiens lui demandent un signe (Mr 8:12). Encore à la tombe de Lazare (Jn 11:35), nous voyons Jésus pleurer et frémir en lui-même à la vue de l’emprise de la mort sur l’esprit des hommes, et de leur incapacité à se délivrer eux-mêmes. Il pleure sur Jérusalem quand il voit la ville bien-aimée sur le point de le rejeter (Lu 19:41).

Quelle douleur pour lui lorsque ses disciples se disputent pour savoir qui serait le plus grand, et cela alors qu’il monte à Jérusalem pour y être crucifié (Mr 10:35-45)!

Suivons l’exemple de notre Maître. Restons sensibles aux outrages que constituent pour Dieu le rejet de l’Évangile de sa grâce et le développement de la révolte de l’humanité contre lui. En même temps, de la même manière que Jésus a été ému de compassion envers tous, soyons-le envers ceux qui nous entourent pour leur venir en aide dans toute la mesure du possible.

 



11/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 862 autres membres