“Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous le soleil”. Ecclésiaste 3/1.

Nous vivons dans une génération impactée par les nouvelles technologies et cela est aussi vrai pour notre rapport au temps.

Tout est dans l’immédiateté, l’information est disponible immédiatement, Internet, mails, réseaux sociaux, téléphonie mobile nous permettent d’être immédiatement et en tout temps de communiquer et d’être informés…

Nous sommes plutôt « bombardés » de toutes sortes de messages plus ou moins importants, plus ou moins spirituels !

Selon le neurochirurgien Patrick M. Georges, notre cerveau ne peut traiter qu’un cinquième des informations qui lui parviennent.

« Tout ce qui n’est pas traité par notre cerveau produit du stress ».

En 1920, il fallait 13h40 pour faire Paris – Marseille en train, il faut 3h00 aujourd’hui ! Si nous n’y prenons garde, nous risquons de

mener notre vie à 300 km/h.

Le temps est une chose si précieuse qui ne doit pas être gaspillée. Chaque jour, les 16 – 24 ans passent en moyenne 4h00 devant les écrans… et vous ?

Souvenons-nous qu’il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous le soleil. ?Ne soyons pas emportés dans le tourbillon du temps « forcé » que nous impose cette génération.

« Toute cette technologie est là pour nous servir et non nous asservir ! »

À nous de prendre le temps de vivre en respectant des rythmes naturels.

Suis-je prêt à réagir à la moindre notification de mon smartphone, de ma boite mail, de ma page Facebook ?

Qui contrôle réellement mon temps ? Qui me dicte ce que je fais ?

Prendre le temps de lire la Bible, de méditer, de réfléchir, de se remettre en cause.

Du temps pour une vie spirituelle riche et gardée des « distractions » technologiques chronophages.

Il est impératif pour le chrétien de se donner chaque jour du temps pour une mise à l’écart afin de favoriser un « temps sacré » dédié au spirituel.

Pour terminer, une pensée à méditer :

« À force de tuer le temps, il ne faut pas s’étonner qu’il nous en manque ! »